MACHU PICCHU HISTORY - INCA TRAIL

Machu Picchu
Hiram Bingham, explorateur et professeur d'histoire de l'Amérique du Sud a franchi le premier les montagnes péruviennes en février 1909,Hiram Binghamle mois le plus humide de l'année, rendant ses déplacements très difficiles. Toutefois, sa visite aux ruines de Choquequirao stimula son intérêt pour les Incas. En 1911 il revint avec l’expédition péruvienne de Yale dont l’intention était en réalité d’explorer le fleuve Urubamba et ses alentours, pour trouver la dernière capitale des Incas.

Bingham étudia les écrits de la conquête coloniale et les documents coloniaux, avec l'intention de savoir exactement vers où ils devaient se diriger.

Il avait également entendu parler d'une mystérieuse cité perdue dans la jungle, mais personne à Cusco n’accordait de crédit à ces commentaires, car on pensait alors que la dernière capitale des Incas était Choquequirao.

L’expédition en déduisit de suivre le cours du fleuve Urubamba, explorant une série de ruines le long du fleuve. Le 23 juillet 1911, Bingham arriva à Mandor où il rencontra le paysan Melchor Arteaga qui informa Bingham de l’existence de deux sites incas, Machu Picchu and Wayna Picchu.

Sacred Valley Arteaga était alors employé comme guide local, et lorsqu’il indiqua que le groupe allait se diriger vers le sommet de la montagne, les collègues de Bingham utilisèrent toute sorte d’excuses pour l’accompagner. En tant que tel, Bingham grimpa seulement avec Arteaga et Sergeant Carrasco, (qui travaillait en tant qu’interprète en langue Quechua) traversant le premier le puissant fleuve Urubamba et se trouvant après face à l’épaissse végétation de la jungle, rampant parfois et se frayant difficilement un chemin.

Après le repas et à environ 600m en aval de la rivière, ils rencontrèrent une hutte et quelques “campesinos” ou paysans travaillant les terrasses agricoles de Machu Picchu. Après s’être reposé, Bingham décida de continuer son ascension, toutefois, Arteaga décida de rester discuter avec les autres et envoya à sa place un enfant en tant que guide. Alors que Bingham et le Sergent Carrasco montaient, ils pouvaient distinguer davantage de terrasses plus imposantes, mais ce qui les surprit le plus était une série de murs incas dont la finition était très précise, ces murs étant reconverts par une épaisse végétation. L’enfant emmena Bingham à travers les buissons et les bambous dans une grande cave voûtée, dont la finition était très précise, qui d’après les paroles de Bingham, devait être la tombe royale.

Andean people Bingham retourna dans son pays, emportant avec lui des nouvelles de la ville de Machu Picchu. Cette découverte attira l’attention du monde entier et en particulier de l’Université de Yale et de la “National Geographic Society”, les deux institutions décidèrent d’assister Bingham dans son exploration des ruines découvertes en 1912 et en  1915.

Bingham et son équipe furent surpris de ne pas trouver de nombreuses tombes sur le site du Machu Picchu – il commenta, “un comptage soigneux des squelettes Machu Picchuet des os trouvés dans les différents caves et tombeaux semble correspondre aux ossements de 173 individus et de ces derniers, peut-être 150 correspondent à des ossements de femmes, un pourcentage extraordinaire, qui pourrait laissez croire que le Macchu Picchu était un sanctuaire dont les habitants étaient les “femmes choisies du soleil." Le reste des personnes liées à Machu Picchu étaient des domestiques, des travailleurs agricoles, et des soldats qui ont été enterrés dans les emplacements en dehors de de la ville. Ceci  expliqua à Bingham l'absence d’autres restes.

Bingham ajouta que lui et son équipe ne trouvèrent pas d’objets en or ni en argent, mais qu’ils purent trouver des objets en bronze et autres métaux, également en bois, en pierre et en ossements. En tout, Bingham mentionna 521 pièces de céramique identifiées et quelques 220 objets de métal.

Il existe un certaine controverse au sujet de ce que l’expédition de Bingham emporta du  Pérou, avec des rapports contenant des chiffres contradictoires. Le rapport officiel du gouvernement péruvien rédigé dans 1916 signalait qu'ils avaient pris 74 boîtes remplies d'ossements, Ceramicsde momies, de objets en céramique, de textiles, d’objets en métal et en bois, mais aucun article d'or ou d'argent n'avait été enregistré. Cependant, de nombreux doutes existent, étant donné l'importance de cette ville inca et de son importance pour la noblesse. Toutes les études s’accordent à dire qu'il était impossible de ne pas trouver des objets faits de métaux précieux sur le site du Machu Picchu. En tout état de cause, cette ville perdue des Incas qui n'avait pas été pillée ni visitée par les Espagnols pendant quatre cent ans, aurait du avoir quelques belles pièces et ornements cérémoniaux et royaux, faits en or et argent 

Le gouvernement péruvien et l’Université de Yale University sont en pourparlers au sujet d’un rapatriement desdites pièces et son placement dans un musée archéologique au Machu Picchu.


Share This
Facebook
Twitter
Google+
LinkedIn
Share:
0
0
0